Articles

Leadership en environnement, Groupe Desgagnés a pris l’initiative de réduire ses émissions

Publié le 3 juin 2021

par Robert Bonneau Associé principal  

Environ 90 % du commerce international est effectué par voie maritime. Si en comparaison des modes aérien, ferroviaire ou routiers, les émissions de gaz à effets de serre par tonne/km sont les plus basses, elles représentent néanmoins 2,89 % des émissions totales de la planète selon l’Organisation maritime internationale (IMO), l’organisme onusien comptant 174 pays membres et chargé d’assurer la sécurité et la sûreté des transports maritimes et de prévenir la pollution des mers par les navires.

L’IMO, en s’alignant sur les cibles de Paris, a décliné ses propres objectifs, soit de réduire de 50 % d’ici 2050 les GES émis depuis les navires impliqués dans les transports internationaux. La cible intermédiaire est de 30 % d’ici 2030. Des objectifs ambitieux, dont la réalisation suit une stratégie comportant de nombreux volets allant de l’électrification des quais à la réduction de la vitesse des navires, en passant par des standards d’efficacité énergétique pour les nouveaux navires et l’utilisation de carburants avec de moins en moins d’empreinte écologique.

Aussi mobilisateurs et inspirants soient-ils, ces énoncés et stratégies représentent tout un défi de réalisation dans un ensemble aussi large que le monde maritime où le niveau de sensibilité aux enjeux environnementaux varie énormément en fonction d’impératifs culturels ou économiques, pour ne nommer que ceux-là.

 

Le leadership nécessaire

Difficile d’imaginer, dans une industrie aussi lourde, interentreprises (B2B) et relativement distante par rapport aux consommateurs finaux (à l’exception notable des croisières), que ces derniers puissent ultimement représenter un point de pression important dans l’engagement des joueurs de l’industrie à devenir plus verts.

La traçabilité des produits et leur acheminement plus respectueux des considérations écologiques deviendront assurément un facteur de décision de plus en plus important dans les choix des consommateurs. Pensons à l’investissement responsable dont l’industrie canadienne a crû de 460 M$ à 2,2 G$ de 2006 à 2017[1].

Sur cette même toile de fond financière, 26 banques mondiales, représentant conjointement 185G USD en financement maritime, se sont entendues pour créer les Poseidon Principles[2] qui posent des conditions de financement alignées avec les cibles de l’IMO.

Autre initiative, l’Alliance verte (AV) est un programme de certification environnementale volontaire lancé par l’industrie maritime en 2007. L’AV, par un système élaboré de certification, met au défi les entreprises membres de surpasser les exigences réglementaires (le plus bas niveau de certification) et de viser le niveau “excellence/leadership” – le plus haut niveau d’une échelle qui en compte 5. L’AV propose une approche ouverte, par niveau, et basée sur de multiples indicateurs de rendement. L’AV est structurée en comités régionaux (Grands-Lacs, Saint-Laurent et Côte Ouest) et compte quelque 300 membres corporatifs. L’AV poursuit également son action en Europe. L’influence de l’AV, une initiative de l’industrie, contribue de façon significative à l’atteinte des cibles de l’IMO.

Groupe Desgagnés – un exemple inspirant

Fondé au 19e siècle, Desgagnés est un groupe québécois qui s’illustre par la qualité de ses opérations maritimes et terrestres. Audacieux et sensible aux questions environnementales, son président a fait le pari d’investir dans des navires à bicarburation, créant ainsi deux premières mondiales : un asphaltier et des pétroliers-chimiquiers de classe Polar 7, tous à bicarburation/GNL. Commandant une nouvelle motorisation coûteuse, cette nouvelle génération de navires (Tier 3 en consommation GNL – la plus écologique selon la classification de l’IMO) pose des défis considérables, notamment en raison de l’approvisionnement en GNL et en besoin de formation du personnel qui doit aussi revoir l’ensemble des opérations d’entretien.

La bicarburation choisie (GNL/diesel) a requis la disponibilité de GNL, lequel libère 80 % moins d’oxyde d’azote que les navires de Tier 1. Cet approvisionnement fut rendu possible initialement grâce à la collaboration avec Transport Canada, Énergir et le Port de Montréal. Cette première a posé de nombreux défis, mais a permis de faire la preuve de concept et de mettre en place la première mouture d’une infrastructure qui se développera, mais qui déjà peut servir à l’ensemble de l’industrie.

Aujourd’hui, 5 des 20 navires de la flotte Desgagnés utilisent le GNL comme carburant principal et les résultats sont notables, comme on peut le noter sur le tableau ci-dessous. Sur les 7 critères principaux de l’Alliance verte, Desgagnés obtient la note “Excellence/Leadership” pour 4 d’entre eux et “Introduction de la nouvelle technologie” pour les 3 autres.

Par ordre alphabétique, une partie du tableau regroupant les armateurs et leurs niveaux de certification en fonction de 7 critères. Sur les critères des émissions atmosphériques, Desgagnés obtient les plus hautes notes.

 

Le choix de Desgagnés n’était pas sous contrainte. C’était plutôt un choix motivé par un sens des responsabilités et un reflet de la devise de l’entreprise : « Être toujours fier de ce que tu fais pour être toujours fier de qui tu es ».

Desgagnés est une compagnie privée québécoise composée de gens passionnés, fiers et dévoués, qui s’est taillée une place enviable au sein du milieu maritime québécois et canadien et poursuit sa croissance, laquelle sera de plus en plus axée sur des marchés internationaux. Bien gérée, la société possède les actifs humains et financiers pour réaliser ses ambitions. Son siège social est situé à Québec et ses unités d’affaires sont représentées dans les grands ports canadiens, les régions de la Moyenne et Basse-Côte-Nord et dans l’est de l’Arctique canadien. Propriétaire d’une flotte de 20 navires, pétroliers, navires de charge, transporteurs de passagers et marchandises, rouliers ou remorqueurs, et assurant aussi des opérations d’affrètement, de réparation navale, de renflouement, de location de machinerie lourde et de transport routier, Desgagnés projette son image de leader dans les rangs de la marine marchande par ses opérations et son engagement à respecter l’environnement.

 

Desgagnés poursuit sa croissance et recherche son prochain CFO et son directeur du bureau du chef de la direction

De 15 M$ à la fin des années 80, l’entreprise a aujourd’hui un chiffre d’affaires de 300 M$ et poursuit sa croissance de manière organique et par acquisitions. Elle recherche son prochain chef de la direction financière qui, avec le comité de direction, prendra les décisions nécessaires à la réalisation du plein potentiel de l’organisation. Il s’agit d’un défi professionnel important et stimulant, sachant la complexité et la taille de l’entreprise. La description du rôle est disponible au lien ci-dessous :

http://www.decarierecherche.com/fr/mandats/chef-direction-financiere-administrative-desgagnes/

Elle recherche également un directeur du bureau du chef de la direction qui assistera ce dernier dans la conduite de dossiers variés, de nature stratégique ou opérationnelle, qui pourront influencer de façon notable le futur de l’entreprise ou encore améliorer l’efficacité de son exploitation. La description du rôle est disponible au lien ci-dessous :

http://www.decarierecherche.com/fr/mandats/directeur-bureauchefdirection-desgagnes/

Décarie Recherche de cadres (DRC) est une firme indépendante en pleine croissance. En plus d’une expertise certaine dans le secteur maritime, le cabinet se démarque par le soin de ses recherches et le haut niveau degré d’engagement de son équipe dans la réalisation de chacun de ses mandats. DRC est fière d’avoir été choisie par Groupe Desgagnés pour ces importants recrutements.

 

[1] Source: Association pour l’investissement responsable

[2] Voir les principes et les banques participantes : https://www.poseidonprinciples.org/principles/

 

Discutons de vos besoins

Téléphone: 514 333-1535
1265, rue Berri, bureau 800 Montréal (Québec) H2L 4X4